Imprimer
Catégorie : Non catégorisé
Affichages : 1036

Fromiée est le plus petit hameau de la commune de Gerpinnes. Il est blotti entre les villages de Gerpinnes, Villers-Poterie, Gougnies, Biesme, Hanzinne et Hymiée. Il se trouve à l'extrémité de la province du Hainaut et au commencement de la province de Namur. Juché sur le point culminant de l'entité de Gerpinnes, 255 mètres, on y dénombre pas moins de 230 habitants, appelés Tatanes, qui sont répartis entre une petite centaine de maisons. Depuis toujours, les tatanes ont voué un respect au culte de Sainte Rolende et veillé à la pérennité des traditions attachées à cette dévotion.

Beaucoup d'entre vous ignorent certainement que notre célèbre tradition repose sur des bases solides et très anciennes.
Depuis le début de notre ère, après Jésus-Christ, partout en Europe, chaque être vivant naissait catholique et devait respecter l'église. Toutes entorses ou infractions aux saintes écritures, étaient sanctionnées de manière exemplaire et le contrevenant se voyait excommunié et chassé du village.
Pour être un bon catholique, il fallait, entre autre, obligatoirement participer une fois l'an, à la procession formée des autorités religieuses, des seigneurs locaux, des serments d'archers, des différents corps de métiers et des paysans. Pour que cette organisation se déroule sous les meilleurs auspices, le clergé imposait au seigneur local de lever une escorte d'hommes armés pour sécuriser le pèlerinage contre les agressions des bandits de grand chemin.
Inutile de dire qu'à l'époque la foi populaire locale était très importante et bien encrée dans les mœurs.
L'armement de cette milice évoluera et verra les piquiers, les hallebardiers, les arbalétriers et arquebusiers se succéder au fil du temps.
A cette époque la puissance d'un peuple, d'une région s'estimait sur la cohésion sociale ainsi que l'unité et l'uniformité religieuses.

Arrive le 8ième siècle relaté comme étant l'époque des saints. Une bonne partie des martyrs de l'église fut canonisée à cette période par la vox populi.
Ce fut le cas pour notre sainte locale Rolende décédée à Villers-Poterie en 774 et déclarée sainte en 1103.
A Gerpinnes, le pèlerinage, ou Tour des Croix Banales, consistait à visiter les églises, chapelles et potales filiales de l'église mère Saint-Michel et à offrir les oboles aux éminences du clergé un fois l'an au moment de la Pentecôte.
La canonisation de Rolende avec le transfert de ses restes osseux dans la première châsse en bois en 1103 modifia la dénomination du pèlerinage qui devint le Tour Sainte Rolende.
Au fil des siècles, le spectre de Sainte Rolende est toujours resté aussi fort et vivace dans l'esprit de nos ancêtres.
Fin du 18ième siècle, nous passons sous domination autrichienne. Joseph II interdit la levée d'escorte armée pour ce type de rituel religieux et sanctionne la transgression de ses injonctions de peine de mort.
En 1802, sous domination française, Napoléon 1er lève l'interdiction de constituer une milice locale pour ce type d'événement et relance la pratique de ce rite religieux.
En 1815 nous sommes sous domination hollandaise et Guillaume 1er, fort d'une police locale très présente dans les grands centres, interdit à nouveau la levée de milice locale et la pratique des processions religieuses. Il ne veut qu'une seule force armée : la sienne.
Suite à cette interdiction, dans les petits villages de Gerpinnes, Walcourt, Thuin, Florennes,…. les comités de jeunesses décidèrent de braver l'ordre de l'occupant et continuent la pratique de ces processions à l'insu des hollandais.
La déclaration d'indépendance de la Belgique le 21 juillet 1831, n'entravera en rien la pratique du pèlerinage en l'honneur de Sainte-Rolende…….


Dominique DEVILLE .